• Nasher Sculpture Center
    Nasher Sculpture Center
  • Loblolly House
    Loblolly House
  • Rich Mix
    Rich Mix
Étant donné la grande variété de ses finis de surface, comme l’anodisation ou divers revêtements, ainsi que la généreuse palette de couleurs qu’il autorise, l’aluminium répond particulièrement bien aux exigences esthétiques élevées des architectes, et voit ainsi ses potentialités poussées encore plus loin. Ces traitements de surface contribuent aussi à améliorer la durabilité du matériau et sa résistance à la corrosion, ainsi qu’à obtenir une surface facile à nettoyer. La capacité de maximiser la surface de fenestration grâce à des châssis étroits contribue aussi à optimiser l’apport solaire – une augmentation de l’éclairage naturel très appréciée des occupants, et qui réduit en même temps le besoin d’éclairage artificiel, autre avantage notable d’un bâtiment sur le plan de la durabilité.
Vue en coupe d’une des baies du Nasher Sculpture Center, par Renzo Piano Building Workshop
© Renzo Piano Building Workshop
Détail des brise-soleil en aluminium coulé, qui créent un éclairage naturel uniforme dans la galerie tout en protégeant les œuvres d’art contre le soleil intense du Texas
© Michel Denancé
Vue nocturne du Nasher Sculpture Center
© Michel Denancé

Nasher Sculpture Center

Dallas (Texas, États-Unis)

«Le Nasher Sculpture Center, avec son toit translucide à coquilles d’aluminium coulé, réalise une symbiose entre nature et bâtiment.»

Le toit en verre spécial à coquilles d’aluminium coulé du Nasher Sculpture Center est l’élément-clé d’une conception axée sur un éclairage naturel optimal des sculptures. Ce filtrage ingénieux de la lumière directe susceptible d’altérer les œuvres représente un véritable chef-d’œuvre en matière d’éclairage naturel.

Le riche homme d’affaires texan Ray Nasher possède l’une des plus grandes collections privées de sculptures au monde. Sollicité par plusieurs musées prestigieux d’art moderne désireux de lui emprunter ses œuvres, M. Nasher a plutôt décidé d’offrir l’accès à ses œuvres au public au moyen d’une formule différente : un « musée à ciel ouvert » intégrant un jardin de sculptures, oasis de paix à l’écart des gratte-ciel oppressants de Dallas.

Inauguré au printemps 2003, le Nasher Sculpture Center est l’une des rares institutions dans le monde consacrées à l’exposition, à l’étude et à la préservation des sculptures modernes. Il comporte un bâtiment de 54 000 pieds carrés et un jardin de deux acres. Le concept d’ensemble et le pavillon ont été conçus par la firme Renzo Piano Building Workshop, et le jardin est paysagé par l’architecte californien Peter Walker.

Le musée est aménagé sur deux niveaux: le niveau du sol, avec trois galeries, des bureaux, une salle de réunion et une boutique; et le sous-sol, qui abrite une galerie pour les œuvres sensibles à la lumière, des locaux administratifs et un auditorium. Le jardin s’incline vers l’auditorium, formant un amphithéâtre en plein air; une façade escamotable permet de présenter des spectacles à l’intérieur et à l’extérieur simultanément.

D’entrée de jeu, les concepteurs ont voulu réaliser une symbiose entre nature et bâtiment. Des murs de pierre parallèles définissent les pavillons de la galerie. Chaque pavillon est recouvert de façades et d’une toiture basse en verre; on obtient ainsi une vue dégagée sur 500 pieds à partir de la rue, à travers le bâtiment et sur toute la profondeur du jardin. Cet effet de perspective crée une impression de transparence et de légèreté.

Une matrice d’éléments ajourés en aluminium coulé constitue l’unique ombrage du toit en verre, d’une totale originalité. Les concepteurs de la firme Arup ont travaillé en étroite collaboration avec l’architecte Renzo Piano pour produire ce toit attrayant composé de plus d’un demi-million de « coquilles» en aluminium. Chaque coquille pèse à peine 40 grammes et est moulée avec précision, à l’angle approprié pour briser les rayons solaires tout en maximisant l’éclairement naturel tout au long de la course du soleil dans le ciel de Dallas. L’ombrage a une importance vitale pour une galerie à toit vitré dans une région comme celle de Dallas, où le soleil est ardent. La forme des coquilles du toit a été obtenue au moyen d’équations qui calculent la trajectoire du soleil tout au long de la journée; c’est ainsi qu’on a pu obtenir une courbe d’ombrage critique qui protège les œuvres contre tout ensoleillement direct. Le dispositif d’ombrage, orienté vers le sud, bloque complètement la lumière directe lorsque le soleil se trouve entre l’est et l’ouest. Par contre, le matin ou tard dans la journée, il permet l’ensoleillement direct.

Afin de donner au client une idée précise de l’aspect final, une modélisation tridimensionnelle par ordinateur a été utilisée pour créer des maquettes par prototypage rapide à l’interne. Comme l’explique Alistair Guthrie, directeur chez Arup: «Après avoir projeté la trajectoire solaire spécifique au site de la galerie, nous avons calculé les coquilles et le toit de manière à réaliser l’ambition de Piano d’obtenir le toit le plus mince possible. Nos calculs assurent un éclairage optimal par la lumière du jour, mais sans exposition à l’ensoleillement direct. Chose à signaler à propos de ce projet, les modules du toit en aluminium coulé sont passés directement de la planche à dessin à la fonderie, par le truchement des données obtenues par ordinateur.»